fbpx

Centre Culturel René MagritteCentre Culturel René Magritte

Art à l’école avec Delphine Veggiotti à la Gaminerie

Dans le cadre de l’opération “Art à l’école” d’Ekla

2020-2021 Ecole La Gaminerie – Classe de 5e primaire (Mme Virginie Lerouge)

L’opération Art à l’École, mise en place par Ekla en partenariat avec différents centres culturels de Walloniepropose aux enseignants d’accueillir un artiste professionnel en résidence dans leur classe au fil d’une année scolaire ou plus. A travers plus d’une cinquantaine de projets en Wallonie, élèves, artistes et enseignants ont la chance de vivre ensemble un processus de création unique et de partager leur regard, mais aussi leur expression sur le monde. Pour clôturer l’opération, les classes participantes se retrouvent chaque année (en mai) aux Rencontres Art à l’École à Charleroi, pour une journée dont ils sont acteurs, danseurs, auteurs et spectateurs.
Les élèves de 5e primaire de la Gaminerie collaborent cette année scolaire avec l‘artiste Delphine Veggiotti.

PORTRAIT DE L’ARTISTE POUR EKLA 

Qui êtes-vous ?
Je m’appelle Delphine Veggiotti. Je suis comédienne. Il m’arrive aussi de faire de la mise en scène. J’enseigne l’art dramatique à Art2 à Mons. J’aime les mots, la langue, la poésie.. Et à mes heures perdues, je pousse la chansonnette en grattant ma guitare.
Pourquoi développez-vous un travail dans les écoles ?
Mener un atelier dans une école est une sorte de continuité. Une façon de plus de m’immerger, de me connecter et de dialoguer avec les enfants. De les observer aussi…C’est un échange, un partage entre l’enseignante, l’artiste et les enfants où tout le monde, tour à tour, donne, prend et grandit.
Qu’est-ce qui vous tient à coeur dans le cadre du projet Art à l’École ?
Le projet art à l’école fait se rencontrer deux univers qui ne se rencontrent pas ou peu d’habitude et qui ont, à mon sens, beaucoup à apprendre l’un de l’autre. Ce projet ne met pas l’accent sur la finalité mais va à l’essentiel : s’écouter, se regarder, créer, inventer, imaginer, prendre des risques, rater, recommencer, sans être dans le souci du résultat.
Delphine Veggiotti a étudié l’art dramatique au Conservatoire de Mons (Frédéric Dussenne) d’où elle est sortie diplômée en 2007.

Elle a également suivi une formation en art du clown au sein de la Compagnie du moment dirigée par Vincent Rouche.

Au théâtre, elle s’inscrit essentiellement dans le domaine du théâtre jeune public. Elle collabore avec Thierry Lefèvre (Une Compagnie), Juan Martinez et Jérôme Nayer (Théâtre des Chardons), Camille Sansterre (Théâtre de la Guimbarde), Aurore Latour et Julie Marichal (Histoires Publiques asbl) et le Quatuor Alfama.
Elle travaille en tant que comédienne, metteuse en scène et pédagogue, développant entre autres différents ateliers jeune public et ayant rejoint également le programme d’Ekla qui vise sur l’ensemble de la Wallonie, au rapprochement entre monde de l’éducation et monde artistique.
Les projets qu’elle a co-écrits : “Miettes”, spectacle de rue et les spectacles clownesques “La Femme à Barbe” et “Le Combat”. Avec Une Compagnie elle co-met en scène “Le dernier Ami” d’Eric Durnez et joue dans différentes pièces. Actuellement, Delphine travaille avec Camille Sansterre sur la création de “Carcasse” une production du Théâtre de la Guimbarde, création qui était prévue en août 2020 pour les Rencontres théâtrale jeunes public de Huy (reportées cause Covid).
Delphine donne cours d’art dramatique aux étudiants de 1re année Delphine de la classe de F. Dussenne à Art² à Mons. Elle est l’assistante de Thierry Lefèvre.

A Lessines, au CCRM, Delphine est loin d’être une inconnue au bataillon.
On l’a entre autres applaudie dans “Un Paradis sur terre” d’Eric Durnez. Elle est venue de même en résidence avec Vincent Rouche pour “Le Combat”.
Devinez où Delphine et sa famille sont venus habiter il y a quelques années ? L’artiste a posé ses pénates dans notre entité, à Deux-Acren.