Centre Culturel René MagritteCentre Culturel René Magritte

CONCERTS LIVE – RESET

Réflexions pragmatiques et propositions pour une reprise des activités de concerts en salle.

« Concerts Live – Reset » est un groupe de réflexion qui réunit des organisateur.trice.s de concerts de Wallonie et de Bruxelles dont le centre Culturel René Magritte.

Voici les grandes lignes d’une note-proposition adressée ce vendredi 8 mai à Madame la Ministre Bénédicte Linard, en charge de la Culture pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, en vue de la Conférence Inter Ministérielle de ce mardi 12 mai et du Conseil National de Sécurité de ce mercredi 13 mai.

Le contexte général : les concerts live

L’activité des concerts en salle a été suspendue dès le vendredi 13 mars 2020 afin d’endiguer la propagation de la pandémie Covid19. Depuis elle est au point mort et fige l’ensemble d’un secteur culturel qui englobe la création artistique, son suivi professionnel et technique, ainsi que la mobilisation des publics. L’arrêt du processus créatif signifie aussi la mise en pause de tout un secteur économique. Chaque jour montre davantage le souhait, le besoin et la nécessité d’une reprise pleine et rapide de la vie de ce secteur.

Préoccupé.e.s par la situation, et en pleine conscience de la situation sanitaire et en respect de toute décision qui sera prise par les autorités, nous sommes quelques professionnel.le.s liés à la scène, à l’émergence artistique ainsi qu’à l’actualité musicale internationale à avoir ressenti le besoin de nous rassembler de façon informelle autour de la question de la reprise concrète des concerts en salle.

Notre questionnement, aujourd’hui, concerne la pleine reprise de l’activité des concerts. Aucune directive officielle n’étant encore annoncée, en tant qu’opérateur.trice.s, il nous incombe d’ouvrir le débat. Au-delà du silence politique dont on peut comprendre la juste précaution, la profession toute entière, sous pression, attend impatiemment des informations claires. Un retour à la normale est-il envisageable sans qu’il ne soit uniquement tributaire de la mise sur le marché, à large échelle, d’une vaccination efficace contre le coronavirus?

Si il ne nous revient pas en tant qu’opérateur.trice.s de décider de l’agenda et des conditions de cette reprise, nous serions, par contre, irresponsables de ne pas anticiper les choses en préparant activement cette reprise au travers d’un calendrier qui reflète ce que nous pensons possible et capables de réaliser.

Nous avons, bien entendu activé tous nos contacts nationaux, notamment avec les groupes de réflexion flamands des réseaux des concerts et nos relais internationaux et nous leur avons fait part de nos propositions qui sont en phase avec l’état actuel de la réflexion sur la problématique générale de la reprise des activités des lieux de concerts de Musiques actuelles. Nous avons aussi, ces derniers jours, développé et partagé nos réflexions lors de visioconférences organisées par le Cabinet de la Ministre de la Culture ainsi qu’au sein de la Commission Consultative des Musiques actuelles de la Fédération Wallonie Bruxelles.

C’est pourquoi, nous souhaitons proposer, ci-dessous, des pistes concrètes qui, nous le souhaitons, permettront de retisser rapidement du lien entre les artistes et leurs publics.

il nous semble réaliste de proposer un retour à la normale en passant par trois phases successives : une première période de mise en place, une deuxième de mise à l’épreuve avant la troisième permettant le retour à l’activité normale.

Dans chaque phase, les mesures sanitaires nécessaires décrétées par les autorités et en vigueur dans l’ensemble de la vie sociale seront bien évidemment respectées, complétées le cas échéant de mesures spécifiques en lien avec les conventions sectorielles et validées par des conseils en prévention externes. Dans chacune des nouvelles phases, les mesures et bonnes pratiques de la précédente seront maintenues, sauf décision d’assouplissement du gouvernement.

De plus, dans toutes les situations, il faudra tenir compte de l’expérience complète du concert qui commence à l’arrivée du public aux portes des lieux : billetterie, circulation dans les espaces, accès aux toilettes, au bar, aux vestiaires, etc.

Une autre particularité importante à prendre en compte lorsqu’il s’agit de concerts « debout» : l’irrésistible attraction du bord de scène et l’impossible maintien d’une distance sociale de sécurité. Si diverses étapes basées sur des ratio public/surface sont proposées, notamment par le secteur du théâtre où le salles sont le plus souvent en disposition assise, elle seront difficilement applicables dans des salles pour public debout.

Phasage

Phase 1 : à partir du 18 mai

Retour progressif des équipes internes sur les lieux de travail.
Tout d’abord, le personnel en charge de l’entretien des infrastructures (régie des bâtiments, régie artistique, entretien et sécurité sanitaire). Puis, le personnel administratif.
Cette reprise du travail devra être accompagnée des mesures sanitaires reprises dans le communiqué intégral. (voir lien en tête de communiqué)

Phase 2 : à partir du 1er juin

Reprise du travail avec des intervenant.e.s extérieur.e.s, incluant artistes et personnel de régie externes.
Cette deuxième phase, débutera le 1^er juin, avec la reprise des résidences d’artistes aux alentours du 15 juin.
Pour autant que la situation le permette et avec l’accord des autorités, il est envisageable de tester, en fin de résidence, l’organisation d’un concert pour public restreint selon les normes qui seront autorisées et d’application dans d’autres secteurs comme l’horeca.
Cette reprise du travail devra être accompagnée de mesures sanitaires reprises dans le communiqué intégral (voir lien en tête de ce communiqué)

Phase 3 : à partir du 1er septembre

Reprise de l’activité publique.
Nous voulons être prêt.e.s à relancer une activité pleine, selon les conditions et capacités historiques qui ont déterminé les économies de chaque lieux de concerts et qui renvoient le plus souvent aux règlement des Services de Secours et d’Incendie.
Chaque opérateur.trice ajustera évidemment les normes officielles et la mise en place de cette troisième phase en fonction de sa réalité de terrain, en visant une reprise pleine à la meilleure échéance dotée de toutes les autorisations.
Cette reprise d’activité publique devra être accompagnée des mesures sanitaires reprises dans le communiqué intégral. (voir lien en tête de communiqué)

Recommandations – Requêtes

Notre groupe de réflexion veut refléter au mieux l’écosystème des musiques actuelles émergentes, celles qui sont soutenues par des politiques culturelles qui peuvent se développer à la faveur d’un encadrement professionnel fourni par les manager.euse.s, les bookers, les régies artistiques, les labels et maisons de disques ainsi que les lieux de diffusion et création. Cette étape est indispensable au démarrage et au développement des artistes.

Toute la filière s’accorde pour demander que toutes les démarches de reprise d’activités soient accompagnées de mesures concrètes qui protègent les travailleur.euse.s du secteur (artistes comme régisseur.euse.s), dont la prolongation possible du chômage temporaire pour force majeure. Cette garantie est d’autant plus nécessaire que l’évolution sanitaire peut rapidement nous replonger dans une logique de restrictions.

Dans le même ordre d’idée, nous en appelons à la création d’une plateforme de mutualisation au travers :

Les propositions énoncées ci-dessus sont celles d’opérateur.trice.s soucieux.ses de renouer rapidement avec une pleine activité, cet agenda devant forcément être discuté et décidé par le Gouvernement fédéral.

Nous demandons que des perspectives concrètes puissent nous permettre de préparer cette reprise. Une clarification pour les activités sociales et culturelles de proximité et dans des lieux clos est souhaitée pour le 8 juin prochain.

Nous sommes bien conscient.e.s qu’aucune solution ne sera optimale et que le risque zéro n’existe pas, mais nous voulons, en tout cas, croire en l’avenir et le préparer au mieux.

Claire Monville (Conseil de la Musique- Vice-Présidente Commission Consultative des Musiques actuelles), Damien Waselle (PIAS Belgique), Fabrice Lamproye (Reflektor – Liège), Fabrice Laurent (Eden – Charleroi), Françoise Gallez (Service Musique – Fédération Wallonie Bruxelles), Frédéric Maréchal (Centre culturel René Magritte – Lessines), Paul-Henri Wauters (Botanique – Bruxelles – Président de la Commission Consultative des Musiques actuelles), Philippe Degeneffe (MARS – Mons)

Ont souhaité s’associer à la présente proposition
Alain Lapiower (Membre de la Commission Consultative des Musiques actuelles), Bérengère Cornez (Jeunesses Musicales de Bruxelles – Membre de la Commission Consultative des Musiques actuelles), Christophe Loyen (Membre de la Commission Consultative des Musiques actuelles), Jacques Verhaegen (Régisseur – Membre de la Commission Consultative des Musiques actuelles), Jean-Pierre Goffin ( Journaliste musical – Membre de la Commission Consultative des Musiques actuelles), Jean-Yves Laffineur (Membre de la Commission Consultative des Musiques actuelles), Lino Grumiro ( Skinfama- Membre de la Commission Consultative des Musiques actuelles), Pierre Hemptine (PointCulture – Membre de la Commission Consultative des Musiques actuelles)