Centre Culturel René MagritteCentre Culturel René Magritte

Fermeture d’une partie de l’activité du CCRM jusqu’au 13/12

Report des spectacles et annulation des ateliers et activités tout public
Maintien des activités à destination des – de 12 ans

Avec beaucoup de tristesse et après des jours de doute et de réflexion, nous avons pris la décision de fermer une partie de l’activité du CCRM d’abord jusqu’au 19 novembre, en concertation avec les autorités communales de Lessines, et ensuite jusqu’au 13 décembre inclus, en conformité avec les mesures décidées au niveau fédéral.

Concrètement, les spectacles programmés jusqu’au 13 décembre minimum sont reportés à des dates ultérieures à fixer une fois la situation stabilisée. Les ateliers et réunions concernant un public extérieur sont suspendus. 

Nous maintenons pour l’instant les résidences d’artistes et les activités (dont les stages et projets scolaires) à destination des moins de douze ans.


Cette décision, bien que douloureuse, s’est lentement et irrémédiablement imposée comme une évidence. Le nombre de cas flambe dans la région et le virus est de plus en plus présent dans l’environnement culturel : chez des artistes, dans les équipes de collègues… 
Cet été, nous avons été parmi les premiers à redémarrer une réelle activité de spectacles, avec les Summer Nights sur le site de l’Hôpital Notre Dame à la Rose. Nous avons poursuivi avec le Rallye de la Petite Reine, probablement le seul festival d’Arts de la rue à s’être maintenu quasi dans sa version classique en FWB cet été. Pour cet automne, nous avions lancé un cycle intéressant, les Autumn Leaves, avec un maximum de sécurité sanitaire et de confort pour le public. 
Nous avons pour tous ces événements établi des protocoles stricts et sécurisants. Nous y avons accumulé une expérience. Et nous pouvons dire aujourd’hui que tout protocole, aussi prudent soit-il, reste une projection théorique. Dans la pratique, nous travaillons avec des humains. Une faille pour le virus reste possible : un masque mal porté ou oublié à un moment, un masque de mauvaise qualité, les gens qui se regroupent après l’activité…
Ces risques, nous pouvons les assumer lorsque les contaminations sont à un niveau faible. Quand on passe les 12.000 cas par jour en Belgique, que le taux de personnes hospitalisées dans notre région dépasse celui du printemps, que l’on voit fleurir les cas à proximité, et même si on peut officiellement accueillir nos publics, notre conscience nous dit “Stop”. 
En avril, nous avons dirigé une opération avec des bénévoles de la région qui a permis de produire 10.000 masques pour la population. Nous n’avons pas mis cela en oeuvre pour aujourd’hui rendre les gens malades !

Mettre les gens en danger, proposer de beaux spectacles que beaucoup de nos habitués n’oseront pas venir voir, ne pas pouvoir offrir le meilleur pour les publics, cela ne correspond pas à notre conception du métier. Notre raison d’être, c’est apporter un peu de bonheur aux gens. Certainement pas d’être les mauvais acteurs d’un drame. 

Les personnes qui ont acheté un ticket pour nos spectacles recevront un mail sous peu avec toutes les infos pratiques pour la reprogrammation du spectacle ou le remboursement. 
La situation sera réévaluée vers la mi-novembre afin de déterminer notre action pour la fin de l’année 2020.

Frédéric Maréchal, directeur, et l’équipe du CCRM