Centre Culturel René MagritteCentre Culturel René Magritte

Les Gyghos
complet

Allez, on révise son patois… voici un article qui vous dit tout sur les Gyghos, la troupe de théâtre patoisant de Ghoy et Ogy, à moins que ce soit de Ogy et Ghoy.

Ils seront sur les planches du Théâtre Jean-Claude Drouot ces vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 mars.
Il joueront à guichet fermé. Inutile de vous déplacer si vous n’avez déjà vos places, c’est complet, complet et complet !

Les « Gyghos », des amateûrs dè thèât’

C’est l’histoûre d’èn bande dè coumarâdes qui c’méche à l’fin des annêes 1970. À ç’temps-là, i z’avoût’tè tertoutes èn bonne vingtaine d’annêes è ç’astoût princhipalmé des éfants d’céssîs qui d’moroût’ à Ghoy è à Ogy. C’est d’là qu’vît lun nom d’ « Gyghos ».

Èl sam’di au nuît’, à l’campagne, i s’amusoût’tè tertoutes échan.ne dvé çau qu’on appèlloût èn « surboum ». À ç’temps-là, i n’folloût nî couri lon è larg’ pou s’amuser : i y avoût branmé d’surboums dvé les alétours.

Dvé lun jon.ne temps, i z’ont ètou organisé des jeux étêr villâges è des sacâges à l’corde. Pou passer lun scrîne é n’hîver, l’idêe lun z’est v’nue d’faí èn troupe dè thèât’. I d’ont d’visé à des coumarâdes è c’est léssi qui z’ont soyu avoûr assez d’gés (des acteûrs, èn souffleuse, èn maquilleuse, des gés pou les dècors) pou c’méchî à monter èn pîche.

I z’ont tout apprîs d’eûz-munmes : cuzi échan.ne èn pîche è l’traduir’ é patois d’Ghoy. I z’ont jué lun prumîre pîche é patois en 1981. Ç’astoût « Èl champète a mingî des prones ». È én envé après, én aute é françaís pou dounner l’occâsion à n’feumme qui n’counnichoût nî l’patois dè participer à l’affaíre. É tout’, i z’ont jué troûs pîches é françaís, mais étêr-temps èl feumme a râde apprîs à d’viser patois. Dèspuîs 1984, i n’ont foc pus jué qu’é patois. En 1993, i z’ont jué èn pîche dè no coumarâde dè l’ « Ateìllî wallon dè L’Sines », Roger Depagie : « Èl varlet millionnaire. »

Les rèpètitions c’mécht’ au moû d’nôvemb’. Au c’méchmé, i rèpèt’tè lun rôle à l’maízon d’l’un l’aute, troûs côs par sèmaîne è, quand l’Prumîre arrive, i vont é sacants côs su les planques au salon Carton pou vraímé rétrer dvé l’piau d’lun personnâge. Tous les ans, i jût’tè lun pîche à l’fin du moû d’fèvrî à Ghoy, au moû d’march’ à L’Sines è co à Flaubecq. I n’a nî lon arrîre d’é bon mille spectateûrs qui les suîvt’ (è i d’âroût biazâr co d’pus’, si les salles astoût’tè pus grandes).

I z’ont branmé d’plaízi, è i n’d’é rat’tè nî eune pou s’faí des couillonnades étêr eûsses. C’est léssi qu’é cô, su l’scêne, on r’présentoût é café d’étièrmé ûsqu’on boût èn jatte é mingeant èn couque. Mais, i y avoût é mâle d’agache qui avoût mîs du sé dvé l’café. Èl çî qui d’voût d’viser à ç’moumé-là s’é d’a rèdu compte é n’a nî osé boûre pou faí dèskenne l’agnion d’couque qu’il avoût dvé s’bouche è il a oyu branmé d’ruses pou dir’ ès texte aveu s’bouche pleine.

Comme au thèât’ on boût co volétyî èn pètite goutte, pou nî ète bleu su l’scêne, on réplache èl goutte pa du jus d’pun. Sauf què souvé, à l’dèrnîre èrprésentâtion, i d’a toudi un d’èl bande qui met du « vole su s’cul » dvé l’bouteìlle à l’plache du jus d’pun.

Comme on boût toudi s’verre cul sec, les feummes qui n’ont nî l’habitude font èn dröle dè grimache è saqut’ èn tchîte dè pun sûr é l’èstran.nant.

Èç n’annêe-chi, i vont juer èn pîche dè Christian Derycke : « On dit qu’les mênâges nè vont pus ».

I sâront à dix su les planques : Nicole Van Wymersch, Pauline Lison, Jean-Paul Lison, Christa Versavel, Guillaume Vandenhaute, Denis Labiau, François Guttadauria, Jocelyne Lison, Christine Demaret è Jean-Paul Mauroit.

Èn manquî nî d’daller les vîr’ pou vous rîre plein vo panche. On pët gâgî què l’ succès sâra co au rendèz-vous.

L’ateìllî wallon dè L’Sines